Archive for Non classé

Crêpes

Crêpes

Pour environ 10 crêpes :

  • 125 g de farine
  • 30 g de beurre fondu
  • 5 g de sel
  • 3 œufs entiers
  • 30 cl de lait
  • 2 cuillerées à café de rhum (ou autre/facultatif)
  • Ne surtout pas mettre de sucre (ça collerait à la cuisson)

Mettre le lait à tiédir dans une casserole.
Dans un saladier, disposer la farine tamisée en fontaine.
Ajouter au centre les œufs et le sel.
Commencer à mélanger au fouet en incorporant petit à petit la farine tout en ajoutant le lait tiède.
Mélanger tous les ingrédients jusqu’à l’obtention d’une pâte à crêpes fluide et homogène.
Elle ne doit pas être trop liquide ni trop épaisse.
Si des grumeaux se sont formés, passer la pâte au chinois (passoire).
Ajouter en dernier, le parfum de votre choix (rhum ou autre) et le beurre fondu.
Cette pâte a la particularité de ne pas avoir besoin de reposer.
Faire cuire les crêpes une à une dans une crêpière antiadhésive.
Les déguster avec du sucre ou de la confiture…

Foie gras maison

  • 1 foie gras éveiné de 500 g
  • 1,5 cuillerée à café de sel (8 g)
  • Poivre (1 g)
  • 1 cuillerée à café de vin doux ou de cognac (facultatif)

Préchauffer le four à 120°.
Assaisonner le foie gras de manière homogène (y compris à l’intérieur).
Vaporiser de vin doux ou de cognac (facultatif).
Tasser le foie assaisonné dans une terrine et la couvrir.
Disposer la terrine dans un plat allant au four.
Remplir de plat d’eau bouillante.
Enfourner à 120° pendant 40 minutes.
Laisser refroidir.
Réserver au réfrigérateur.
Déguster avec du pain grillé et éventuellement une compotée d’oignons.

Compotée d’oignons

  • 2 oignons
  • 50 g de beurre
  • 1/2 verre de muscat
  • Sel
  • Poivre
  • 1 cuillerée à soupe de sucre en poudre

Peler les oignons puis les laver.
Les émincer finement.
Dans une casserole, faire chauffer ensemble  sans coloration, le beurre et les oignons émincés.
Ajouter du sel et du poivre.
Au bout de dix minutes, ajouter le muscat.
Couvrir et laisser mijoter à feu doux pendant vingt minutes.
Ajouter le sucre à la préparation.
Couvrir et laisser cuire à nouveau très doucement pendant dix minutes.
Goûter et rectifier l’assaisonnement si nécessaire.
Réserver la préparation au réfrigérateur dans un récipient recouvert d’un film alimentaire.
Servir la compotée d’oignons avec une viande ou du foie gras.

Pavlova (dessert australien)

Pour 4 personnes :

Réaliser (la veille) des coupelles en meringues, ou les commander chez le boulanger :

  • 120 g de blancs d’œufs (soit 4 pièces)
  • 240 g de sucre en poudre (en règle générale on pèse les blancs d’œufs puis on y ajoute le double de leur poids de sucre en poudre)

Préchauffer le four à 120°.
Se munir d’un fouet électrique et d’un thermomètre de cuisson.
Dans un cul de poule (saladier) au bain-marie, fouetter les blancs d’œufs et le sucre jusqu’à 50°.
Retirer du bain-marie et continuer de fouetter pendant environ 15 minutes.
Les blancs refroidis doivent être fermes et brillants.
Dessiner des cercles en quinconce sur l’envers d’une feuille de papier sulfurisé.
Disposer la feuille de papier sulfurisé sur la plaque du four.
Remplir une poche à douille de meringue.
Dresser les meringues à la poche à douille.
Commencer par former un disque et ajouter des bords (de manière à former une coupelle).
Enfourner à 120° pendant environ 2 heures.
À la sortie du four, décoller les meringues délicatement une par une.
Les laisser refroidir.

Réaliser une crème chantilly au mascarpone :

  • 150 g de mascarpone
  • 25 cl de crème liquide bien froide
  • 40 g de sucre glace
  • 1 gousse de vanille (ou un sachet de sucre vanillé)

Fendre la gousse de vanille et récupérer l’intérieur en grattant chaque moitié avec un couteau.
Dans le bol du robot, fouetter tous les ingrédients très froids ensemble.
La crème est prête quand le mélange est mousseux et homogène.
Réserver la crème dans une poche à douille au réfrigérateur.

Monter les pavlovas :

  • 4 coupelles en meringue
  • Une crème chantilly au mascarpone
  • 400 g de fraises
  • 40 g de pistaches émondées (sans peau)

Laver et équeuter les fraises.
À l’aide d’un couteau, couper les pistaches en éclats.
Garnir la meringue de crème.
Ajouter les fraises.
Parsemer des éclats de pistaches sur le dessus de la préparation.
Servir aussitôt.

Cette recette est également réalisable avec d’autres fruits tels que des framboises, des kiwis ou un mélange.

Velouté de céleri rave

Pour 4 personnes :

  • 1 céleri rave (800 g environ)
  • 2 pommes de terre
  • 2 oignons
  • 2 gousses d’ail
  • 1 cube de bouillon de volaille
  • Sel
  • 1 litre d’eau froide
  • 1 cuillère à soupe de matière grasse (huile ou graisse de canard)

Peler le céleri rave et le couper en petits morceaux.
Peler les pommes de terre et les couper en morceaux.
Peler les oignons et les émincer grossièrement.
Peler l’ail et en ôter le germe.
Dans une cocotte, faire chauffer la matière grasse.
Faire revenir les oignons pendant quelques minutes.
Ajouter tous les autres ingrédients.
Le cube de bouillon de volaille étant déjà salé, il faut veiller à ne pas trop ajouter de sel.
Verser l’eau.
Couvrir la cocotte et laisser cuire pendant environ 15 minutes.
Mixer la préparation.
Goûter et rectifier l’assaisonnement si nécessaire.
Passer la préparation au chinois (tamis).
Servir chaud accompagné d’une tranche de pain grillé.

Comment savoir si un piment est fort avant de le goûter ?

BLOG ECHELLE DE SCOVILLE - DES PIMENTS

L’échelle de SCOVILLE a été inventée en 1912 par le pharmacologue, Wilbur SCOVILLE.

Elle sert à mesurer la force du piment en renseignant sur la teneur en capsaïcine (molécule responsable de la force du piment).

Pour établir ce classement, le pharmacologue préparait une solution de piment frais en purée mélangé à de l’eau sucrée. Cette solution était testée par environ cinq personnes. La dilution était augmentée jusqu’à disparition de la sensation de brûlure.

C’est la valeur de cette dilution qui sert de mesure à la force du piment.

Par exemple, un piment ne contenant pas de capsaïcine (sans sensation de brûlure) est à zéro. En revanche les piments les plus forts sont dilués à un taux de 300 000 avant que la sensation de brûlure ne devienne indétectable.